Handicap : une cause chère au Maire

mensonge3

Flash d’octobre. Dans un élan de lyrisme, au sujet de l’accessibilité (handicapés) de nos bâtiments communaux, l’édito du Maire commençait par ces mots : « C’est une affaire tellement ancienne que beaucoup semblent l’avoir oubliée. Il s’agit pourtant d’une grande cause nationale sans cesse repoussée dans son application ; c’est une réelle responsabilité que la prise en compte des différences et il convient que nous respections l’engagement national à l’égard du handicap et qui m’est cher« .

Et de conclure « cet investissement constitue notre première action « accessibilité » qui concrétise notre volonté d’agir en faveur du handicap et qui concerne tous les Carignanais. D’autres actions de ce type vont suivre. J’en serai le garant« .

Pourtant, cette juste cause était présentée d’une toute autre manière en décembre dernier, à l’occasion de la délibération qui lançait alors le processus obligatoire de mise aux normes de nos bâtiments :

« Considérant que la commune aurait dû réaliser, avant le 27 septembre 2015, un Agenda d’Accessibilité Programmée (Ad’ Ap), fondé sur la planification et l’évaluation financière des travaux d’adaptation ;

Considérant qu’il convient de réaliser cet Ad’ Ap pour que la commune ne soit pas pénalisée, (…) ;

Considérant qu’il est proposé de lancer une étude sur l’accessibilité aux personnes handicapées, avec préconisations chiffrées, répondant aux obligations de la loi de 2005 ;

Considérant que cette étude s’élève à 17 000 euros environ ;

Monsieur Jean JAMET, Maire, propose de financer cette étude à partir des crédits qui avaient été inscrits au budget primitif 2015, pour la maison de la citoyenneté au programme 35, travaux qui n’ont pas été réalisés » (extrait de la délibération n°2015-96 du 16 décembre 2015).

Amateurisme, absence totale d’anticipation, vision coercitive du dispositif, pénalités et bricolage budgétaire, nous étions alors bien loin de la noble démarche présentée aujourd’hui avec des trémolos dans la plume ! Le temps permet de tout faire oublier, la mauvaise foi fait le reste…

En fin de compte, à l’image de la carence de logements sociaux sur la commune, tout n’est chez le Maire qu’une question de gros sous. Les envolées sociales, les grandes causes, les bons sentiments et discours généreux pour gogos ne servent qu’à masquer une politique de piètre comptable gérant ses affaires à la petite semaine. Encore une fois…

« Cher », tellement cher… Mais dans la bouche du maire, au sens propre visiblement…

 

Jérôme Passicos

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s