Rhétorique municipale

Un éternel recommencement… Chaque mois, à longueur de pages, la lecture du FLASH de Carignan plonge celui qui le parcourt dans le même maelström de mauvaise foi, de démagogie, de violence et de néant politique.

Mais en ce mois de mai 2016, la virulence inédite de la majorité me donne envie de m’exprimer. Un cap est franchi.

280px-Carignan_de_Bordeaux01

Avec l’édito du maire, tout commençait pourtant comme à l’habitude. Un pavé sans substance sur la bonne tenue des comptes de la mairie. Toujours la même logique de petit comptable sans envergure, convaincu de gérer une commune de 4000 habitants comme son ménage, en bon pater familias omnipotent. Aucune vision pour notre commune, aucune ambition, aucune anticipation. Toujours la même rengaine du « c’est pas moi, c’est l’autre », ce mois-ci pour justifier l’augmentation d’impôts à venir : faute à l’Etat, faute aux logements sociaux, faute au Préfet, faute aux « zadistes de Régeon »… Cette petite musique, nous commençons à bien la connaître. A défaut de l’accepter, nous nous en accommodons…

Le calme avant la tempête…

La torpeur qui m’envahissait au sortir de cet édito était digne de celle procurée par le visionnage sous prozac d’un épisode de l’inspecteur Derrick. Ceci ne me préparait pas à la suite, à la lecture de la tribune rédigée par la liste « Demain Carignan ».

Sous le titre « De la suite… dans les vérités ! », le rédacteur masqué se comporte comme un pompier pyromane, soufflant systématiquement sur les braises du conflit tout en prônant par ailleurs la sérénité. Frapper, frapper, frapper : se trouver un « ennemi » pour mieux faire oublier son incurie. Voici la stratégie poursuivie. Quelle triste vie que la vie de cette liste majoritaire, menée par un triumvirat régnant sans partage sur des conseillers municipaux juste bons à faire du lest.

Ce texte prend son lecteur pour un imbécile. Partant d’une simple vétille, une coquille dans un texte de la liste d’opposition « Carignan Passionnément », le rédacteur file une métaphore qui ne vole pas très haut ! Aux confins du ridicule, le maire et sa clique se permettent de faire d’un non évènement un crime de lèse majesté. D’un « n » mal placé supposé transformer les Carignanais en « carignanains », « Demain Carignan » part dans un complet délire. Risible et pathétique venant d’élus qui ne relisent pas leurs délibérations. Il vaut toujours mieux voir la paille dans l’œil du voisin…

« Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. » Albert Einstein

« Demain Carignan » permet sans cesse de reconsidérer cette célèbre citation. Ainsi, on pouvait penser avoir atteint le fond dès les premières lignes de cette tribune. Pourtant, les limites sont encore repoussées dans le paragraphe suivant. En une parfaite insulte à notre intelligence, ils attaquent ainsi ad nominem, la conseillère départementale Anne Laure Fabre Nadler sur la question du collège. Avec une parfaite mauvaise foi, ils l’accusent ainsi de n’avoir agi. Inverser les rôles, confondre majorité et opposition, tout ceci n’est que diversion… Hé ho, Monsieur le Maire ! Qui est en charge ? Qui est adjoint à l’éducation ? Qu’avez vous fait ? RIEN ! Avez vous même ouvert ce dossier crucial pour l’avenir de nos enfants ? Une nouvelle fois, attaquer pour faire oublier son inaction…

Plume de fiel, agression gratuite, violence des propos et flirt avec la diffamation… Le maire et ses sbires nous ont malheureusement habitué à ces comportements. Maintenant ça suffit !

Pour le coup, je ne crois pas que les carignanais soient des nains mais nous sommes assurément pris pour des cons !

Jérôme Passicos

Une réflexion sur “Rhétorique municipale

  1. et que dire de la désorganisation des festivités. Pas de véritable alternative de proposée après l’impossibilité d’utiliser l’ancien site où se trouve actuellement la salle des fêtes notamment pour le feu d’artifice). Pourquoi pas celui de Régeon, mais à la condition de véritablement l’équiper afin de pouvoir recevoir autant de convives d’exposants etc…..Un autre exemple marquant d’un manque d’organisation: aujourd’hui (dimanche de la fête locale) un vide grenier devait se tenir à côté de la mairie, certes le temps a réduit cette manifestation à néant, mais si tel n’avais pas été le cas, aucune annonce sérieuse de l’évènement sur les sites internet permettant d’attirer exposants et visiteurs ( ni sur vide grenier.org, ni sur le bon coin).. J’ai du le mettre moi même sur le premier cité 2 jours avant lorsque je m’en suis aperçu.
    Je reste convaincu que le grand kiosque ouvert avec une structure s’intégrant dans le paysage, sur l’espace vert face aux commerce aurait pu rendre beaucoup de services, tant pour les associations que pour toute manifestation qui n’aurait ainsi pas craint les aléas de la météo. Il serait également question de supprimer au pilate son créneau du vendredi soir pour pouvoir louer la salle……………le fric……..le fric……et encore le fric………….et le bien être des carignanais dans tout ça ?????

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s